top of page

autisme féminin et entreprise

Tout débute par un échange téléphonique « l’équipe ne comprend pas comment cette salariée fonctionne ? Elle nous avait parlé de son besoin de clarté dans les consignes, d’éviter l’implicite, de sa difficulté à supporter le bruit…mais c’est plus que ça....et là, on est perdu...tout le monde souffre» .

Pour nous, ces quelques mots échangés ne sont plus « extra-ordinaires ». Mois après mois, situation après situation, ils sont rentrés dans notre quotidien de consultants.  

Si pour nous, l’écoute de la plainte est toujours aussi primordiale, c’est qu’elle porte l’intensité de la problématique et la latitude qu’il nous reste pour agir.  

Face à elle nous devons avancer avec précaution ; pas à pas, pour privilégier une analyse fine des situations de travail et comprendre les « pourquoi » avant de traiter le « comment ». L’analyse s’étend alors largement à tous ceux dont l’expression de la souffrance doit être entendue.

L’objectif est simple : comprendre ce qui pose problème dans les interactions quotidiennes.

 

Parfois, le recrutement d’une personne atypique en entreprise relève d’un challenge ou « d’une aventure exotique » pour nombre de managers. Encouragés par l’invisibilité du trouble, et l’existence d’une abondante ressource informative, ils se sentent motivés pour « tenter l’aventure ».

Bien évidemment, on ne peut que se féliciter de cette acceptation de la différence et de cette volonté d’ouvrir les portes de l’entreprise à l’autisme, pourtant il faut bien reconnaitre que la réalité sera toujours plus complexe que la théorie.L’improvisation n’a pas sa place dans cette configuration et qu’il est préférable d’anticiper les points clés de l’accueil et du travail en équipe en amont pour limiter la souffrance de tous.

 

Interpelés lorsque les rouages de la relation ne s’entrainent plus,



nous construisons alors, une stratégie d’accompagnement basée sur l’analyse ergonomique de l’activité et des liens fonctionnels discordants entre les différents membres du service.

A travers le récit du manager ou du salarié qui « décharge leur fardeau », nous nous consacrons à « l’observation du travail en profondeur », nous laissons la parole libre d’évoquer le contexte de la situation, l’objet de la difficulté relationnelle, les termes employés, les consignes, autant de contenus indispensables pour re-construire ensuite le : « travailler ensemble ».

L’étape de la re-construction du lien s’annonce plus facilement dès lors où elle s’appuie sur les récits collectés. Plusieurs types d’animation sont proposés pour venir ré-écrire des situations et utiliser de nouveaux mots.

L’autisme et l’autisme au féminin sont une richesse incroyable dans nos vies et nos entreprises, comprendre leurs besoins doivent être une évidence désormais

Pour nous, c’est bien plus qu’une mission !

L'ergonomie au service des formes de handicaps invisibles.

 

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page